Autoportrait

Né le 26 novembre 1969, dans la Basse-Meuse liégeoise, Olivier Moch est venu à la photographie par atavisme. Son père, Adelin, faisait partie d'un groupe de photographes amateurs et avait installé un labo de développement dans la cave de la maison familiale. Depuis sa plus tendre enfance, Olivier est donc bercé par la photo. Ses livres de chevet étaient les revues paternelles "Photo" et "Chasseur d'Images".
Dès qu'il reçut son premier appareil, Olivier tenta de marcher dans les pas de son père.

Photographe autodidacte, seul un module de 15 semaines en cours du soir à l'institut Saint-Luc de Liège constitue sa base académique, c'est vers la photographie urbaine que se dirige le plus volontiers Olivier. Capture d'instants éphémères ou de détails architecturaux, animations et agitation ou quiétude d'un havre perdu en pleine jungle urbaine... autant de moments qu'il aime à capturer à travers l'objectif.

Olivier Moch a fait de la photographie son hobby depuis 1996 mais n'a commencé à exposer qu'à partir de 2002. Travaillant depuis le début avec des appareils argentiques (un Nikon et un Yashica), il vient de se décider à acquérir un appareil numérique... Enfin ont dit certains ! Mais s'il se familiarise doucement avec cette façon différente de faire des photos, son coeur reste proche de l'argentique qui ne prendra pas place de sitôt au rayon des souvenirs !

En parallèle à ses activités, Olivier a créé avec sa compagne, un collectif d'artistes amateurs. Photographes, aquarellistes et peintre se sont réunis à leur initiative pour créer un Bouquet d'Artistes visétois et permettre à des novices, voire à des profanes, de découvrir la pratique d'un art visuel car "Qui ne cultive un art occulte une partie de sa personnalité ; celle qui ouvre l’esprit vers les autres, vers le monde. Dans une société de plus en plus tournée vers le rendement et les chiffres, s’offrir une respiration artistique est plus qu’une bouffée d’air pur, c’est une oxygénation de l’âme" prétend-il avec conviction.

Actif professionnellement dans le monde de la Communication et des Relations publiques, Olivier trouve dans la photographie un réel exutoire à un société qui ne lui convient finalement pas trop bien mais dont il sait aussi pertinnement qu'elle convient à bien trop de monde que pour être changée... "Le matin du grand soir, c'est pas pour demain" dit-il assez justement, "Alors, tant qu'à faire, autant passer le temps jusqu'à la tombe en s'offrant quelques moments de liberté où on peut les prendre !".

Les photographes préférés d'Olivier Moch ? Sans hésiter, il répond à cette question Man Ray, Cartier-Bresson, Robert Capa et, bien entendu, Robert Doisneau...

Biographie extraite du site Art Majeur (www.artmajeur.com)